Pinéal : Symptômes

1

Symptômes 

Le syndrome pinéal (en anglais pineal syndrome) appelé également syndrome épiphysaire, correspond à un ensemble de symptômes dû à la présence de tumeurs (cancéreuses ou non cancéreuses) de l'épiphyse (appelé également corps pinéal). 

Les patients se plaignent de (liste non exhaustive) :

  • Maux de tête (céphalée).
  • Hypertension intracrânienne (exagération de la tension à l'intérieur du crâne).
  • Perturbations psychiques.
  • Atteinte oculaire.
  • Paralysie des paires de nerfs crâniens.
  • Syndrome de Parinaud.
  • Syndrome d'Argyll-Robertson.
  • Dysfonctionnement de l'appareil génital (macrogénitosomie).
  • Par la suite sont susceptibles de survenir des troubles de fonctionnement du cervelet (symptomatologie cérébelleuse) et infundibulo-tubériens (perturbations du fonctionnement de l'hypothalamus et de sa région).

En dehors des calcifications, on décrit également:

  • Le kyste de l'epiphyse.
  • Le médulloblastome de la glande pinéale, qui est une tumeur maligne.
  • Le  pinéalocytome appelé également pinéocytome. C'est une tumeur bénigne de la glande pinéale. Pour certains spécialistes en neurologie, toutes les tumeurs de la glande pinéale sont des pinéalomes. Ainsi, les pinéalocytomes et les pinéaloblastomes ou pinéoblastomes, sont des pinéalomes. Pour d’autres, les pinéalomes sont uniquement des tumeurs bénignes de la glande pinéale, on parle alors des pinéalocytomes. Le pinéalome s'observe essentiellement chez le garçon ayant une puberté précoce. Le tissu constituant le cerveau est, le souvent, non envahi par les cellules de la tumeur. Mais, en contrepartie, celle-ci risque de comprimer d'autres structures cérébrales, comme par exemple l'aqueduc de Sylvius ce qui entraîne l'apparition d'une hypertension l'intérieur du crâne (hypertension intracrânienne). Ce type de tumeur peut également provoquer l'obstruction du passage entre les différents ventricules du cerveau (cavités contenant du liquide céphalo-rachidien à l'intérieur du cerveau), et précisément entre le troisième et le quatrième ventricule cérébral. Ce phénomène porte le nom de syndrome de Parinaud. Celui-ci comprend une paralysie verticale du regard, une abolition des réflexes pupillaires (fermeture et ouverture des  pupilles quand celles-ci sont soumises à la lumière ou à l'obscurité). Quand il est procédé à l'examen ophtalmologique de l'oeil, on constate la présence d'un nystagmus (suite de mouvements oculaires saccadés et rapides du globe oculaire). Certains patients présentent d'autre part une ataxie (incoordination des mouvements) et une paralysie que les neurologues appellent paralysie pyramidale.
  • Le terme apinéalisme (en anglais apinealism), appelé également syndrome de Marburg (décrit en 1909), correspond à l'absence de sécrétion de la glande épiphysaire. Autrefois, ce syndrome (ensemble de symptômes) était lié à la macrogénitosomie consécutive à une tumeur de la glande pinéale.

Physiologie 

Cette petite glande endocrine (qui déverse son hormone dans le sang) sécrète de la mélatonine, hormone découverte en 1958, qui dérive de la sérotonine.Cette dernière est une hormone sécrétée dans le tissu cérébral, et possédant une action vasoconstrictrice - fermeture des vaisseaux - et antidiurétique - diminuant la fabrication d’urine.

Les propriétés de la mélatonine, ne sont pas connues avec exactitude. Elle semble avoir une action inhibitrice (« freinatrice ») sur la sécrétion des hormones de l’hypophyse (autre glande située à proximité de l’hypothalamus et considérée comme le chef d’orchestre des autres glandes de l’organisme). La sécrétion de mélatonine varie suivant l’éclairage, elle n'est d’autant forte que celui-ci est faible.

Le sommeil pourrait également être modifié par la sécrétion de mélatonine. Elle aurait également un rapport avec le décalage horaire (effet « jet lag »). Son action ne s’arrête pas là, elle jouerait également un rôle dans :

  • La reproduction.
  • La spermatogenèse (fabrication des spermatozoïdes) chez l’homme.
  • Le cycle menstruel chez la femme.
  • Le développement des tumeurs.
  • L'adaptation des animaux à leur environnement.
  • La synchronisation des cycles saisonniers de reproduction.
  • La synchronisation d’un certain nombre de rythmes nycthéméraux (alternance jour-nuit).
  • La thermorégulation (régulation la température du corps).

La synthèse de mélatonine est contrôlée par l’alternance jour-nuit. Une étude est en cours sur une éventuelle utilisation de la mélatonine pour combattre le vieillissement en association avec la déhydroépiandrostérone (DHEA).

L'épiphyse agit également en inhibant la fonction gonadotrope, c'est-à-dire l'action sur les glandes sexuelles de l'hypothalamus, qui est une zone située au centre du cerveau, et dont l'action sur la régulation de la vie végétative (automatisme permettant à l'organisme de fonctionner convenablement) est primordiale. D'autre part, l'épiphyse contribue à la synchronisation d’un certain nombre de fonctions rythmiques (nycthémérales ou saisonnières), et intervient donc dans l'organisation circadienne (organisation des fonctions d'un individu pendant les vingt-quatre heures d’une journée).

La régulation de la glande pinéale se fait par l'intermédiaire des récepteurs bêta-adrénergiques, qui sont de petits récepteurs sur les cellules glandulaires du tissu de l'épiphyse.

Physiopathologie 

L’épiphyse se calcifie (présente des dépôts de carbonate de calcium) au cours de l'enfance, ce qui ne l'empêche pas de fonctionner normalement. Ce processus de calcifications la rend visible sur les radiographies à partir de l'âge de 20 ans environ.

Le terme hypopinéalisme désigne l'insuffisance de fonctionnement de la glande pinéale.
 

Aucun commentaire pour "Pinéal"