Vitiligo : Traitement

1

Traitement 

Le traitement est généralement long et doit être entrepris rapidement.

  • En effet, quand les taches sont grandes, elles nécessitent alors une repigmentation qui sera d'autant difficile à obtenir. Le principe de base du traitement est de favoriser la pigmentation à partir des cellules qui produisent le pigment (mélanine) et qui reste à l'intérieur de la peau. Ces cellules portent le nom de mélanocytes, et sont le souvent situées à la base de chaque poil. La repigmentation est obtenue de manière concentrique, à partir des cellules qui persistent dans la peau. De nombreux médicaments sont actuellement à l’étude, mais pour l’instant, le seul traitement curatif est l’application locale de corticostéroïdes, c’est-à-dire de cortisone en pommade.
  • En ce qui concerne le vitiligo récent et peu étendu, on utilise la puvathérapie locale ou générale par badigeonnage ou ingestion de psoralène. Cette substance, extraite d’une plante appelée la bergamote, est utilisée dans le traitement de certaines maladies dermatologiques, (elle possède la capacité d’augmenter la sensibilité de la peau aux rayonnements ultraviolets). Son application doit être suivie d'une exposition aux rayons ultraviolets A
  • Quand les zones de peau atteintes par le vitiligo sont très étendues, le traitement dit " palliatif " consiste à dépigmenter (c’est-à-dire à enlever les pigments) la peau normale avec de l'hydroquinone (produit facilitant la dépigmentation) afin d’obtenir un aspect homogène de la peau. Cette technique est surtout proposée aux personnes à peau sombre, chez lesquelles les lésions sont très visibles et très étendues. 
  • Le maquillage esthétique, qui a pour rôle de masquer les zones dépigmentées, mais aussi de protéger du rayonnement solaire (pour les peaux très fragiles), est parfois envisagé.

1 commentaire pour "Vitiligo"

Portrait de Mery Gymrax
J'aime 0

Le vitiligo ne doit être considéré comme une « maladie psychosomatique ». Si le rôle du stress est parfois indéniable dans le déclenchement ou l'aggravation de certains vitiligos, il n'est certainement pas la cause de cette maladie.

Portrait de Mery Gymrax
J'aime 0

Le vitiligo ne doit être considéré comme une « maladie psychosomatique ». Si le rôle du stress est parfois indéniable dans le déclenchement ou l'aggravation de certains vitiligos, il n'est certainement pas la cause de cette maladie.